Université Laval

Engagée dans une démarche de développement durable, l’Université Laval a mis en place au fil du temps de nombreuses mesures d’efficacité énergétique et de réduction de ses émissions de GES, si bien qu’en novembre 2015, l’Université annonçait la carboneutralité du campus. Elle devenait ainsi la première université carboneutre au Québec.

Affichage de 174 Université Laval B.JPGCe résultat a été atteint en réduisant de 27 % les émissions de GES de catégorie 1 et 2 entre 2006 (année de référence) et 2014-2015, puis en compensant la totalité des émissions restantes en 2014-2015, soit 26 638 tonnes de CO2 équivalent :

  • 13 945 tonnes ont été absorbées par le puits de carbone de la Forêt Montmorency, gérée par l’Université depuis 1964
  • 7 550 ont été absorbées par le puits de carbone du Séminaire de Québec, partenaire de l’Université
  • 5 143 tonnes ont été compensées par l’achat de crédits carbones

Les 35 activités officielles de l’Université tenues en 2015 étaient à la fois carboneutres et certifiées écoresponsables. L’Université Laval définit ainsi un modèle qu’elle espère voir reproduit à grande échelle sur le campus, et même devenir une norme d’ici 2018. C’est d’ailleurs dans ce but que l’Université a élaboré un Guide des événements écoresponsables et défini une certification facilement applicable sur le campus. L’Université a voulu ainsi encourager les organisateurs à transformer leurs pratiques et à adopter d’autres façons de faire en leur offrant un modèle, en les accompagnant, et en minimisant les obstacles à la certification (coûts, obligation de recourir à un évaluateur externe). L’Université présente le Guide et la certification comme des « premiers pas », et elle encourage les organisateurs qui souhaitent aller plus loin à respecter la norme BNQ 9700-253, mais elle ne veut pas en faire une obligation afin de ne pas décourager la tenue d’événements écoresponsables.

Le Programme de compensation volontaire offre aux membres de la communauté universitaire de compenser les émissions générées par leurs déplacements ou les activités qu’ils organisent en versant 17 $ par tonne de GES. On estime qu’au cours d’une année, un étudiant ou employé génère une tonne de GES dans le cadre de ses déplacements (calcul établi sur la distance moyenne entre un lieu de résidence et l’Université x le nombre de jours de présence par année). Pour valoriser les choix écoresponsables des membres de sa communauté, l’Université verse une somme équivalente, ce qui permet de réaliser un projet collectif de réduction des GES sur le campus.

Affichage de 174 Université Laval A.JPG

Écoresponsables et carboneutres, les activités officielles de l’Université Laval témoignent du leadership institutionnel en matière de développement durable. Par leur récurrence, ces activités sont devenues d’importants vecteurs de changement et d’innovation sociale en transformant peu à peu les façons de faire des participants, des fournisseurs, et des autres organisateurs d’événements de la communauté.