Mandaterre

L'équipe de l'Échofête, festival environnemental et culturel, de par ses nombreux choix écoresponsables et son engagement profond est un modèle depuis des années. Le festival se démarque notamment par son engagement social et ses nombreuses innovations en transport durable.

Notre programmation se caractérise par deux volets : l’environnement et le culturel. Tous deux sont d’une importance capitale pour nous. Du côté de l’environnement, il est question de conscientiser la population aux enjeux sociaux, environnementaux et politiques ayant des effets sur l’environnement local, régional et national par le biais d’ateliers, de conférences, de causeries, de l’implantation d’un système de transport actif, de codes d’éthiques responsables et d’animations engagées. Le tout est agrémenté de la célébration de la beauté de la nature par l’entremise d’excursions sportives et récréatives. Du côté de la culture (4e pilier du développement durable), il est question d’activités visant à promouvoir les artistes locaux, faciliter l’accès à la culture, à sensibiliser aux causes environnementales par le biais de représentation d’expressions artistiques (théâtre, danse, arts visuels et musique) ainsi qu’à favoriser la stimulation de création et d’apprentissages par le biais d’ateliers en arts. La plupart du temps, les deux volets s’entrecroisent et se nourrissent, les projets d’arts étant développés en fonction de respecter l’environnement et les activités environnementales ayant une finalité festive et culturelle pour ainsi mieux cadrer dans un festival.

Nous nous sommes donné une mission de sensibilisation auprès du public par des animations publiques orientées vers l’environnement, des spectacles jeunesse portant sur l’environnement, des exposants OBNL faisant valoir leur mission environnementale, des expositions en lien avec l’environnement et des  projections de films environnementaux.

Nous avons connu une hausse de l’achalandage : 11 800 festivaliers en 2012, alors que le nombre était estimé à 9000 en 2011. La plupart des établissements d’hébergement affichaient complet lors de la fin de semaine du festival. Le camping municipal affichait également complet et plusieurs commerces nous ont fait part de l’achalandage accru qu’ils avaient enregistré durant Échofête. Que l’on parle d’achat de bien ou de service, la région de Trois-Pistoles ressent l’effet notable du festival sur son économie. Que les participants soit à Trois-Pistoles pour une journée ou pour la durée totale du festival, les touristes découvrent ou redécouvrent la région et non seulement sont-ils satisfaits, mais se promettent d’y revenir.

Parmi les autres impacts majeurs : Plus de 160 bénévoles se sont impliqués pour faire de l’Échofête un succès.

Nous avons un grand soucis d’accessibilité et nous offrons  des tarifs et des gratuités permettant à toutes classes sociales de participer à notre événement.

Nous faisons la promotion des producteurs locaux par notre Marché Public (produits du terroir) .

Nous saluons aussi le volet Première Nation qui a su marquer son importance par la qualité de sa cérémonie sacrée.

Nous faisons la promotion de comportements santé (Ateliers de yoga, de tai chi, de mise en forme et de danse).

Notre engagement va jusqu’à rechercher des commanditaires ayant des valeurs propres à notre mandat.

La causerie avec écostage Katimavik et l’un des leaders de la CLASSE ont certes fait des vagues dans l’opinion publique (pour ce qui est de la présence de Gabriel Nadeau-Dubois) mais auront néanmoins résulté en une réussite en achalandage. De plus, cette heure de programmation a certainement joint la mission de l’organisme qui est de sensibiliser et de conscientiser la population aux enjeux sociaux et environnementaux que guette notre société actuelle.