4e Journée de réflexion sur la consommation responsable

Les Journées de réflexion sur la consommation responsable sont l’initiative de l’Observatoire ESG UQAM de la consommation responsable. Sur une base annuelle, elles développent une thématique précise conviant à la fois chercheurs académiques et praticiens du domaine de la consommation responsable et plus largement du développement durable. Toujours organisé de façon responsable, cette année l’événement a atteint le niveau 5 de la norme du BNQ.

La 4e Journée de réflexion sur la consommation responsable s’est organisée en concordance avec les principes de consommation responsable. Il a été décidé dès le départ de tenir cet événement à la Maison du développement durable (MDD) pour minimiser l’empreinte écologique de l’événement tout en encourageant un OBNL.

Voici quelques-uns des avantages de la MDD. Le bâtiment est recouvert d’une toiture végétalisée pour une réduction des îlots de chaleur, de la consommation énergétique et de l’apport du bâtiment aux épisodes de débordement des eaux usées et aux usines d’épuration. La MDD peut compter sur une enveloppe de bâtiment ultraperformante caractérisée par une isolation thermique supérieure et une réduction importante des ponts thermiques. De plus, toutes les fenêtres du bâtiment sont à verre triple avec deux pellicules de basse émissivité. 28 puits de géothermie de 152 m de profondeur chacun ont été installés sous la MDD : ces puits subviendront à 100 % des besoins de climatisation et à 80 % des besoins de chauffage. L’optimisation du positionnement et de la dimension des fenêtres pour maximiser l’entrée de lumière naturelle et les vues au sein du bâtiment, l’usage d’outils de gestion automatisés (détecteurs de présence et de luminosité) et l’implantation d’appareils efficaces avec ampoules à faible taux de mercure (T5 et DEL) permettent de diminuer de façon significative la consommation en électricité du bâtiment.

Ensuite, il a été décidé de se conformer à la norme en gestion responsable d’événement du Bureau de normalisation du Québec pour une deuxième année. Cette norme nous a encadrés dans les choix d’organisation de l’événement :

  • Presque tout le matériel nécessaire à l’événement était disponible sur place, permettant d’éviter des achats;
  • 100 % des fournisseurs pour l’événement étaient de provenance locale, le plus éloigné était à 27 km de distance;
  • 60 % des fournisseurs démontraient un engagement en développement durable;
  • Système de gestion des matières résiduelles à 4 voies : recyclage papier-carton, autre recyclage, compostage, poubelle;
  • Taux de valorisation de 98,3 % de matières organiques et recyclables grâce à la brigade verte, mais aussi à la réduction à la source (vaisselle réutilisable entre autres, bonne évaluation des quantités de nourriture, etc.);
  • Beaucoup d’aliments servis provenaient de la région (75 % à moins de 100 km, 20 % de plus à moins de 300 km) ou étaient des aliments biologiques, équitables (60 %) ou encore certifiés de provenance locale (50 %). La collaboration de Mme Lallouz du service traiteur Miss Prêt à manger a été précieuse pour l’atteinte de ces hautes exigences;
  • Les gaz à effet de serre émis par le déplacement de l’organisation, des participants et des utilisateurs ont été compensés en double par l’achat de crédits de carbone Gold Standard vendus par Planetair;
  • 71 % des visiteurs se sont déplacés en métro;
  • 62 % des organisateurs et conférenciers se sont déplacés à pied ou en vélo;
  • Les quelques bouchées qui n’ont pas été mangées ont été données à un organisme d’aide aux itinérants.

Même si progressivement ces mesures deviennent aujourd’hui des incontournables dans le secteur évènementiel, l’aspect novateur est d’avoir réussi à mettre en place toutes les conditions de succès des aspects écoresponsables de l’événement pour l’atteinte du plus haut niveau de performance (soit le niveau 5 de la norme en gestion responsable d’événement) : c’est-à-dire l’ensemble des mesures écoresponsables touchant tous les aspects inhérents à la conduite de l’événement (transport, alimentation, lieu, efficacité énergétique, matières résiduelles). Ces mesures écoresponsables ont été intégrées à l’événement sans qu’il n’y ait de contraintes ressenties et perçues par les parties prenantes (auditoire, conférenciers et équipe d’organisation); cela a même permis de mieux les sensibiliser à un standard d’excellence écoresponsable dans les pratiques organisationnelles.